Sélectionner une page

Les propositions des start-ups évoluent. Ainsi, pour cette seconde édition du Challenge Start-ups Construction Tech®, une seule start-up propose une solution pour la gestion de l’énergie dans les logements. Il y a encore un an, la gestion d’énergie concentrait une bonne partie des efforts des start-ups du bâtiment.

Ainsi, les start-ups présentes sur cette seconde édition travaillent, certes, sur des thématiques de déploiement du digital et du numérique, mais cherchent avant tout à révolutionner le secteur de l’habitat en créant un changement culturel. Elles proposent ainsi de concevoir différemment l’habitat en prenant en compte les attentes du marché et des utilisateurs : respect de l’environnement, travail sur les nouveaux usages, recherche de nouveaux procédés constructifs, aides et mises en relations… Tout cela en utilisant, bien sûr, la data.

 

Concevoir et fabriquer des produits et systèmes originaux

Toutes les propositions soumises à la seconde édition du Challenge Start-ups Construction Tech® ne reposent pas purement sur du numérique. Plusieurs candidats se lancent dans la fabrication de produits et systèmes. IMMOBLADE, par exemple, a mis au point deux solutions de protections solaires, soit un système intégré entre les deux verres d’un double-vitrage, soit une sérigraphie d’une feuille de verre feuilletée de 12 mm d’épaisseur. Cette feuille de verre devient la face extérieure d’un double ou d’un triple vitrage. La sérigraphie, étudiée pour chaque bâtiment, favorise l’entrée du soleil en hiver et bloque l’apport de chaleur en été. TITAN ECO WALL a mis au point une plaque de plâtre hydrofuge, acoustique et à tenue au feu élevée, capable de supporter un poids accroché de 100 kg/m². KNOT procure aux villes, aux collectivités, aux entreprises des trottinettes mécaniques ou électriques, construit des stations et leur système d’accroche ou gère des trottinettes flottantes et leur tracking par une application pour les utilisateurs, analyse les besoins, assure la maintenance, etc. CHEZ NOUS DIRECT propose de réduire de 10 à 12 % le coût de construction des maisons pour primo-accédants (±114 000 € -10 à 12 %) grâce à la mise au point d’une série de modèles de maisons en ossature bois, pré-équipées. Les différents modèles sont accessibles en ligne. Les clients les personnalisent et choisissent parmi les partenaires de Chez Nous Direct pour la construction. CHEZ NOUS DIRECT a retenu des industriels et optimise les maisons en fonction des dimensions et des caractéristiques des produits mis en œuvre.

 

Les robots arrivent sur les chantiers

Parmi les propositions figurent trois robots de chantiers. EPUR propose OAKBOT, la première fraiseuse à commande numérique portative pour les chantiers. OKIBO a pour sa part développé un robot plâtrier pour les chantiers. Il analyse le mur grâce à son scanner 3D embarqué, ce qui lui permet d’optimiser les flux de matières – sous-couches et plâtre. Son bras dépliable peut travailler à plusieurs mètres de hauteur et le robot n’a pas besoin d’échelle. LES COMPANIONS, de leur côté, ont mis au point un robot peintre, également équipé d’un scanner 3D. Dans les deux cas, la programmation des robots est très simple et ils n’ont pas besoin de surveillance durant l’accomplissement de leur tâche. K-RYOLE a développé quatre modèles de remorques à moteur électrique, dont un spécifiquement pour les chantiers. Ce modèle est intuitif, se pilote d’une seule main, offre des configurations modulables selon les matériaux à transporter. HOLOMAKE ne propose pas exactement un robot, mais son invention sort tout droit de Star Trek tout de même ! Il s’agit d’un petit boîtier, capable de projeter sur une surface transparente des plans holographiques de très haute résolution. On place le plan exactement au-dessus de l’ouvrage, de la pièce, de l’assemblage … à réaliser. Puis, on l’oriente précisément à la main afin d’obtenir une solution ultra-précise de guidage holographique. Ce procédé est utilisable en maintenance, en fabrication, en formation, etc.

 

Soutenir l’innovation chez les autres

D’autres candidats se proposent d’aider les entreprises à prendre le virage du numérique. AIRNODES, par exemple, conçoit n’importe quel objet connecté pour d’autres entreprises. La start-up maîtrise à la fois la programmation, l’électronique et les réseaux de communication bas et haut débit. STARTUP FLOW, estime de son côté que les entreprises recèlent en interne matière à innovation, mais ne le savent pas toujours et surtout ne savent pas comment exploiter ces richesses. Pour les aider, StartUp Flow propose un outil en ligne de management de l’innovation, depuis l’apparition d’une idée jusqu’à la décision d’investissement, en passant par toutes les étapes techniques, d’analyse financière, d’analyse des marchés et des règlementations. De même, WEEN.AI passe du thermostat connecté à l’intelligence connectée et propose une géolocalisation des personnes et une application de prédiction de leurs déplacements. Cette solution est applicable en gestion des immeubles intelligents, des transports dans les smart cities, etc. THINK DEEP, de son côté, aident ceux qui veulent se lancer dans des développements à base d’intelligence artificielle, mais se sentent démunis : formation, construction d’application, recherche de partenaires industriels, etc. WEEBAT propose, à la fois, une veille digitale sur les concurrents d’une entreprise et l’optimisation des moyens numériques déployés par une entreprise : suivi de son référencement sur internet, de l’optimisation de son site Web, du rendement de ses actions de communication numériques.

 

Répondre aux attentes environnementales

En ce qui concerne la protection de l’environnement, de grandes tendances émergent dans le monde du bâtiment : végétaliser, construire en bois, réduire les déchets de chantiers et favoriser le réemploi des matériaux, maximiser l’emploi des Energies Renouvelables, viser une Qualité d’Air Intérieur (QAI) élevée, … Plusieurs candidats au Challenge Start-ups Construction Tech® soutiennent les entreprises du bâtiment dans la mise en œuvre de ces aspirations et raccourcissent les délais de réalisation. URBAN CANOPEE propose un ensemble de solutions pour déployer des canopées végétales au-dessus des villes, sur les bâtiments pour « combattre les îlots de chaleur en déployant des îlots de fraîcheur ». La start-up met en œuvre trois moyens techniques pour y parvenir. L’entreprise déploie des structures-grilles légères en matériaux composites aussi résistants que l’acier. Ces structures peuvent être réunies entre elles pour former de vastes ensembles. Elle organise la croissance de plantes grimpantes sur ces structures. Elle fournit aussi Sensopee, une solution d’irrigation autonome et connectée. VERTIGE propose des kits végétalisés standardisés et se charge de la conception de l’ouvrage, de sa construction ou de la formation de l’entreprise de mise en œuvre, puis de l’entretien de la végétalisation. Spécialiste de la QAI, OCTOPUS LAB aide les concepteurs et les entreprises à atteindre un haut niveau de Qualité de l’Air Intérieur. Octopus commence par une analyse du projet de construction ou de rénovation, formule des recommandations, assure un suivi de chantier. INDALO, son outil logiciel, est un plug-in de Revit. BOBI REEMPLOI commence lui-aussi par une analyse du bâtiment, mais pour minimiser les déchets de chantiers. Il propose un audit, une conception anti-déchets, puis un déroulement du chantier et de ses approvisionnements en fonction des contraintes du site. Il identifie des filières de réemploi et de tri des déchets ou participe à leur création si elles n’existent pas encore. BACKACIA est une place de marché pour le réemploi des matériaux, des équipements du BTP – dalles de faux-plancher, stores vénitiens, radiateurs acier équipés de robinets thermostatiques, etc. – et même de meubles. Les prix et quantités disponibles sont clairement affichés, ainsi que l’origine des produits. La start-up assure le paiement en ligne. Le Belge JUUNOO a développé une solution de cloison intérieure à ossature aluminium, parfaitement démontable et réutilisable. L’ossature se prête aussi bien à la réalisation de cloisons séparatives vitrées ou opaques, qu’à la construction de doublages thermiques et acoustiques. GEOSOPHY, pour sa part, aide les Maîtres d’Ouvrage à développer des solutions de géothermie peu profonde – puisage et rejet en nappe ou implantation de sondes à circulation d’eau glycolée – pour leurs bâtiments : audit du sous-sol du site, proposition technique – forages + pompe à chaleur, géocooling, émetteurs -, évaluation financière du coût et du temps de retour de l’opération, démarches administratives éventuelles pour les autorisations de puisage/rejet ou de forage.

 

Démocratiser le BIM

Le BIM recèle d’alléchantes possibilités de gain de productivité, de réduction de la non-qualité et même de gain de temps sur chantier. Mais le BIM est techniquement compliqué et cher. Plusieurs participants au Challenge Start-ups Construction Tech® se proposent de faciliter l’emploi du BIM de manière intelligente. GR BIM, par exemple, assure la modélisation de projets en 3D, l’enrichissement du projet numérique avec des données sur les produits et systèmes retenus, le stockage des maquettes numériques pour les Maître d’Ouvrage avec gestion des accès pour un travail collaboratif. GR BIM propose également des formations à la 3D et au BIM, des conseils d’équipement en logiciels et matériels, une prestation d’immersion dans la maquette 3D en Réalité Augmentée, etc. BIM MY PROJECT propose également une plateforme Web, construite à partir d’Autodesk Forge, capable d’importer, puis de gérer les accès aux fichiers 3D enrichis. Au-dessus de cette plateforme de base, BIM My Project ajoute différents modules (synthèse, suivi de chantier, analyse des collisions, …) pour différents corps d’Etat techniques. Tout cela dans le but de lutter plus efficacement contre la non-qualité sur les chantiers. WIZZCAD se place au carrefour du numérique, du BIM et de la gestion des chantiers. L’entreprise assure la numérisation de tous types de documents, leur gestion et leur accessibilité à travers une plateforme web et à des applications. Elle procède à l’indexation des documents mis en ligne et permet – à travers une hiérarchie d’autorisations – leur édition en ligne.

Au-dessus de cette plateforme, Wizzcad propose diverses applications, dont WizzBIM pour la visualisation des fichiers en format IFC, Wizzyou pour le suivi de chantier et WizzCAD Réhabilitation, qui fonctionne sous Wizzyou, pour la gestion des chantiers en site occupé. DATA SOLUCE construit un double numérique des projets : maquette numérique 2D et 3D, localisation des équipements du chantier, rassemblement des diverses données (techniques, contractuelles, financières, avancement, etc.) du chantier et gère la mise en ligne, la visualisation et les modifications avec autorisations à travers sa plateforme web.

 

Les diverses facettes de la gestion des chantiers

Le problème de la gestion des chantiers attire encore bon nombre de candidats au Challenge Start-ups Construction Tech®. SMART-BEAM se focalise sur la gestion financière et administratives des chantiers grâce à une plateforme Web et à des applications sur tablettes et smartphones. IBAT s’intéresse à la gestion financière des chantiers : achats, facturations, suivi des équipes sur les chantiers et des coûts de main d’œuvre, consultation à distance des documents de l’appel d’offres et du marché. Copilot, créé par EUROVENT intervient sur la fin du chantier, avant la remise du bâtiment au Maître d’Ouvrage, pour organiser le commissionnement des équipements techniques. La start-up certifie des « Commissioning Managers » indépendants pour tous types d’ouvrages techniques et propose leurs services aux Maîtres d’œuvre. SOAN SOLUTIONS gère toutes les relations entre les architectes et leurs clients, à la fois du point de vue administratif – transmissions de documents, vérification de leur signatures –  et du point de vue financier : facturation, vérification du paiement des factures, relances éventuelles, … NOVADE assure la gestion des chantiers du point de vue du respect de la sécurité, des inspections à réaliser et facilite la rédactions de rapports et de compte-rendu, à travers une plateforme web et des applications pour smartphones et tablettes. CONQUM (CONstruction QUality Management) est un outil web de gestion multichantiers dans le but d’optimiser les ressources en personnel, matériels, commandes et livraisons, enlèvement des déchets, … pour améliorer les marges des entreprises et lutter contre la non-qualité. FINALCAD, pour sa part, propose une suite de logiciels pour la gestion complète des chantiers. FINALCD Field est un ensemble d’applications pour tous systèmes d’exploitation pour gérer et collaborer sur un ou de multiples chantiers, des fondations jusqu’à la livraison. FINALCAD Analytics suit la rentabilité des chantiers et optimise les ressources disponibles en fonction des tâches à accomplir. Enfin, deux plug-ins pour Aucad et Revit ouvrent les fichiers de ces deux softs de conception, permettent leur lecture, leurs modifications et l’ajout de commentaires.

Mettre en relation

De nombreuses start-ups se focalisent sur la mise en relation. ATICONNEX offre, exclusivement aux artisans, la possibilité de mettre en location les équipements qu’ils n’utilisent pas, depuis des outils portatifs jusqu’à des machines d’atelier et de vendre leurs stocks inutilisés. OECKO, par exemple, a développé une messagerie de mise en relation des bailleurs sociaux avec leurs locataires grâce à un écran connecté installé à l’entrée du bâtiment. Les locataires, quant à eux, disposent d’une application pour répondre et dialoguer avec leur bailleur. DELAPLACE.PRO a développé un service en ligne de mise en relation des entreprises qui ont des besoins logistiques – transports, entrepôts y compris avec des caractéristiques de température et d’hygrométrie précises – et les prestataires à même de satisfaire ces besoins. MYBEN met en relation les transporteurs de vrac en benne et les donneurs d’ordre, tout en assurant des services tels que le paiement du transporteur, l’optimisation des tournées, etc. MONBUILDING, de son côté, prend un bâtiment tertiaire ou de logements collectifs et développe une plateforme Web et des applications pour favoriser le développement de services entre le bailleur et les occupants, entre les occupants eux-mêmes : petites annonces, messageries, forums, etc. Le système centralise les services disponibles dans le bâtiment et à proximité pour les mettre à disposition des occupants. MonBuilding peut ouvrir ses API (Application Programming Interface) pour que des tiers accèdent au système. WHAT A FIX SINISTROS met en relation entreprises et donneurs d’ordre, du début à la fin de leurs relations : demande, offre, réalisation de la prestation, paiement. Donneurs d’ordres et sous-traitants peuvent suivre leurs différents chantiers à travers cette plateforme web et ses applications associées. QUALIBLUE développe une prestation similaire, mais localement en Guadeloupe.

BATILINKS est une plateforme de mise en relation des personnes, entreprises ou collectivités qui veulent effectuer des travaux avec les prestataires – architectes, artisans, etc. – qui peuvent s’en charger. Batilinks propose des services additionnels, comme l’évaluation de la faisabilité des travaux, la détermination rapide d’une enveloppe de coûts, la recherche de matériaux spécifiques (biosourcés, etc.). De même SUBCLIC met en relation des sous-traitants et leurs donneurs d’ordres, tout en assurant le suivi des contrats de sous-traitance. BEASYNESS met en relation les dirigeants d’entreprises afin qu’ils nouent de profitables collaborations, grâce à une plateforme Web et à une application. Pour le monde du bâtiment, Beasyness s’appuie sur OPTEAMUM, un réseau d’entreprises indépendantes du BTP créé en Drôme-Ardèche en 2011. BTP ADVISOR est une base de données en ligne contenant plus de 60 000 entreprises du bâtiment, susceptibles d’assurer des missions de sous-traitance. Les Maîtres d’œuvre à la recherche de sous-traitants utilisent un moteur de recherche spécialement développé.

 

Passer de l’IoT à la GTB, puis à l’immeuble intelligent

Trois propositions visent à combler le fossé entre le monde de l’Internet des Objets (Internet of Things : IoT) et la GTB (Gestion Technique des Bâtiments). WSS, par exemple, développe des sondes et capteurs de divers types. Dans le bâtiment, ces capteurs communiquent en protocole sans fil Zigbee avec une couche propriétaire vers une passerelle. A son tour, cette passerelle transmet toutes sortes d’informations en temps réel en réseau Ethernet, LoRa, 4G, etc. vers le Cloud WSS. Là, ces données sont analysées et leurs enseignements sont renvoyés vers la GTB et l’exploitant du bâtiment dans le but de mettre en œuvre une vraie maintenance prédictive des équipements techniques. De même HDSN conçoit des capteurs connectés de toutes sortes, remonte leurs données vers une plateforme web qui les met en forme et les pousse vers leur destinataire sous forme de tableaux de bord intuitifs dans des applications pour portables et tablette ou dans des pages web.  HDSN propose trois gammes : HDeCARE pour les professionnels (commerces, collectivités, chauffagistes et climaticiens, électriciens et domoticiens, CMIstes), e-Stylife pour que les particuliers supervisent leurs maisons connectées, Spectre pour la détection et l’alerte en temps réel sur des surchauffes de tableaux et boîtiers électriques (limiter les risques d’incendie). SESAME TECHNOLOGY, comme son nom l’indique, s’intéresse aux serrures connectées. Il propose quatre modèles de serrures et toutes sortes de moyen de communication pour les piloter à partir d’une carte ou d’un smartphone : QR code, Wifi, NFC, RFID, Bluetooth Low Energy (BLE), 3G, 4G, … Toutes les informations générées par les serrures sont renvoyées vers la GTB du bâtiment via le Cloud et l’ouverture des API Sesame Technology à des partenaires sélectionnés. SPINALCOM développe un BOS : Building Operating System. C’est une couche logicielle intermédiaire, capable d’intégrer tous les processus techniques qui se déroulent d’habitude en silos étanches : les divers IoT, la GTB, le contrôle d’accès, la sécurité incendie, … Spinalcom profite du BIM pour intégrer et localiser tous ces processus dans une maquette numérique du bâtiment. Au-dessus de son BOS, Spinalcom propose des outils spécialisés pour le suivi de la maintenance, de la rentabilité du bâtiment, etc. Le BOS est également capable d’agréger d’autres portails web et d’autres applications (GMAO, …). OPENFIELD, pour sa part, utilise l’infrastructure Microsoft Azur, associe un programme CRM (Customer Relation Management), du recueil de données (on dit Data Mining) à partir de toutes sortes de capteurs (suivi des téléphones portables, données issues de détecteurs de présence, compteurs, sondes, etc.), un portail d’hébergement sécurisé des données recueillies, une puissance importante de traitement et une restitution des enseignements tirés dans des applications dirigées soit vers le professionnel, soit vers le client final. Le but est d’améliorer la performance des entreprises et la gestion des actifs immobiliers, mais aussi de préparer des scénarios efficaces de réponse à des situations de crise dans un espace public.