Sélectionner une page

 

De nouveaux besoins en compétences

Avec la montée en puissance du numérique et les nouveaux outils qui y sont liés, le BTP est en proie à de profondes mutations depuis plusieurs années. BIM, Big data, Smart, impression 3D, etc. redéfinissent en effet en profondeur la chaîne de valeur au sein du secteur. Ces mutations n’épargnent évidemment pas les organisations, loin s’en faut. Les opérateurs du bâtiment et de la construction doivent certes revoir leurs manières de construire – construire mieux, plus vite, à moindres coûts pour faire simple -, mais aussi leurs façons de s’organiser en interne, notamment en collaborant davantage entre départements, divisions, filiales alors même que ces acteurs ont souvent été habitués à fonctionner en silos par le passé. C’est bien sûr un changement majeur de modèle auxquels sont confrontés les acteurs du BTP. D’autant qu’en parallèle, les compétences recherchées hier ne sont plus celles d’aujourd’hui et la valeur ajoutée se déplace. Résultat : les besoins des opérateurs se portent de plus en plus vers des profils capables d’exploiter les nouvelles technologies et d’en maîtriser toutes les subtilités.

Les politiques de recrutement sont en train d’évoluer

Pour coller au plus près des nouvelles réalités du secteur, les acteurs du BTP font progressivement évoluer leurs politiques de recrutement en interne. C’est plus particulièrement le cas des majors, de plus en plus actives dans ce domaine à l’heure actuelle. En avril 2019, près de 2% des offres d’emplois des principaux acteurs du BTP (panel Xerfi[1]) sont liées aux nouvelles technologies (comme le BIM, le big data, l’impression 3D, l’intelligence artificielle, la réalité virtuelle, l’Internet des objets ou encore la smart city), soit 203 offres sur un total de 11 000 offres recensées sur les différents sites de recrutement et moteurs de recherche suivis sur le marché français. Ces chiffres peuvent paraître anecdotiques, mais ils témoignent pourtant d’un vrai mouvement de fond qui est en train de s’opérer au sein du secteur. Dans le détail, ce sont surtout les fonctions liées au BIM qui sont désormais recherchées par les recruteurs. Vinci, Bouygues et Eiffage cumulent d’ailleurs à eux trois quelque 45 offres de recrutement en lien avec le BIM à la même période, soit plus de 55% de leurs offres portant sur de nouveaux métiers. L’intérêt pour le BIM se précise donc.

De nombreux profils sont concernés, y compris les plus élevés dans la hiérarchie. Ainsi, parmi les grands groupes de construction monitorés par Xerfi, plus de la moitié avaient d’ores et déjà nommé un responsable digital de haut rang en 2018. Les fonctions de Chief Digital Officer semblent notamment avoir le vent en poupe puisque 87% des opérateurs recourant aux services d’un responsable digital de haut rang avaient recruté un CDO à la même période (contre 13% pour les fonctions de Head of Digital Marketing par exemple). Certains d’entre eux avaient même fait le choix de rapprocher la fonction de Directeur des systèmes d’information (ou DSI) avec celle de CDO. C’est bien le signe que la transformation interne est en marche.

Nouvelles formations, nouveaux parcours

Si la transition vers de nouveaux métiers dans le BTP semble encore en être à ses prémices, les conditions d’une accélération sont aujourd’hui réunies. Le signal le plus avancé reste sans doute l’adaptation croissante des formations scolaires aux besoins du secteur. Les entretiens réalisés auprès d’acteurs de la formation le confirment : face à la demande croissante des opérateurs du BTP, les écoles revoient peu à peu leurs parcours et les formations proposées. Selon Emmanuel Natchitz, le Directeur du développement de l’École supérieure d’ingénieurs des travaux de la construction (ESITC) de Paris interrogé récemment, les écoles d’ingénieurs du secteur sensibilisent désormais très en amont leurs étudiants aux nouveaux outils (plateformes collaboratives, systèmes d’information, etc.). Et de nombreux cursus en rapport avec les nouvelles technologies voient également le jour. À titre d’illustration, l’ESITC de Caen, qui propose depuis 10 ans maintenant des formations sur le BIM, va ouvrir à la rentrée un Bachelor professionnel « Projeteur BIM » et un Master spécialisé « Expert en Smart construction : ouvrages et territoires connectés », ce dernier en partenariat avec l’École nationale supérieure d’ingénieurs de Caen. Autant d’indices qui laissent penser que la digitalisation des métiers du BTP devrait bel et bien se poursuivre dans les années à venir.

 

Les acteurs traditionnels revoient peu à peu leur politique de recrutement